Discours

Congrès de désignation des candidates et candidats au Gouvernement du PSJ

C’est avec émotion, bonheur, fierté et ambition que je soumets ce soir, selon la
consigne en quelques minutes, ma candidature au Congrès du parti socialiste
jurassien.

- Emotions car je me souviens du Congrès du 12 juin 2002 à Saignelégier. Je
terminais ma présentation sur le souhait suivant : quand je serai ministre et
quelques minutes après une superbe campagne aux côtés de Claude Hêche et
Pierre-Alain Gentil démarrait et par la suite avec les candidates et candidats aux
Parlements nous défendions nos valeurs socialistes, nos idées, nos projets, nos
idéaux, nos utopies de femmes et d’hommes de gauche.

- Bonheur car d’une manière générale j’éprouve aujourd’hui de plus en plus de
plaisir dans l’exercice de mon mandat et ce qui pour moi est essentiel c’est que
mon engagement politique conserve le sens que j’y mettais voici quatre ans.
Malgré une solitude parfois bien réelle, malgré les tristesses passagères
ressenties lorsque je ne passe pas assez de temps avec les enfants, Luc et
Théo, j’estime que l'équilibre construit pour me permettre l'exercice de mon
mandat correspond à mon souhait d'engagement. Ce bonheur n’est possible que
dans la mesure où je peux compter sur le soutien des miens, mon mari, ma
famille, les amis, mon collègue Claude Hêche, le groupe parlementaire, la
Section des Breuleux, la Fédération des Franches-Montagnes, le Parti. Merci.

- Fierté car oui je suis fier d’être une femme socialiste et les valeurs de mon parti,
telle que la justice sociale, la solidarité, la dignité, l’égalité des chances, le respect
de l’environnement, pour notre canton, le réflexe interjurassien, ces valeurs qui à
chaque fois mettent la personne au cœur du débat questionnent, freinent ou
enrichissent ma réflexion et mon action d’élue au Gouvernement jurassien. Ces
valeurs ne relèvent de loin pas d’un dogmatisme étriqué ou ringard de mon parti,
dogmatisme dénoncé par certains ou encore elles sont bien loin de simples
discours de cantines qui n’engagent pas à grand-chose. Entre les déclarations
pleines de panaches et les choix politiques à mener se joue la cohérence de
l'action politique et cette cohérence, je la revendique dans l'action que nous
avons menée avec Claude au Gouvernement. Politique sociale et familiale
politique de formation.

- Ambition car je souhaite contribuer à construire le Jura et je sais qu'il est
indispensable d'être à deux au Gouvernement pour y préserver et y développer
les valeurs que je viens de mentionner. Ambition car j'estime que les femmes ont
à assumer des responsabilités à tous les échelons de la société et mon
engagement est un hommage à toutes ces femmes (trop nombreuses ) qui
hésitent à s'engager et qui dans d'autres réseaux associatifs par ex contribuent
de manière magistrale à "faire bouger les choses". Ambition encore car je pense
que l'engagement politique est noble et que je souhaite vivement que les jeunes
s'y intéressent.

Avant d'esquisser un bref bilan de mon action à la tête du Département de
l’Education et au sein du Gouvernement, je préciserai encore que mon action
politique fait écho aux quelques principes suivants :

1. Oser bousculer les certitudes et considérer que les choses peuvent évoluer et
plutôt que de contribuer à ce que tout soit comme avant, je m’intéresse plutôt à
comprendre le contexte qui permettra le changement.

2. Pour chaque dossier, chaque projet, plutôt que de me demander de quoi s’agit-il,
je me demande de qui s’agit-il car à chaque fois, ce sont des personnes qui sont
concernées, dont il s’agit d’aller à la rencontre pour comprendre les enjeux de
leurs demandes et/ou besoins. Les mots comptent et j’essaie de soigner la forme
tout autant que le fond. Le goût du dialogue et du contact fait partie de ma nature
et c'est dans cette approche du débat que je tiens à maintenir et enrichir le
dialogue avec les partenaires principaux de l'école; le Syndicat des enseignants
jurassiens, le Fédération jurassienne des associations de parents d'élèves et le
Conseil scolaire notamment.

3. Distinguer la politique du clientélisme et assumer le risque occasionnel de
décevoir .

4. Ne pas me résigner à la première haie, persister, organiser patiemment de petites
victoires afin que les pièces du puzzle s’assemblent progressivement de manière
cohérente. (c’est parfois long longtemps...)


Pour ce qui a trait à l’éducation en quelques touches impressionnistes :

L’objectif essentiel est de promouvoir l’égalité des chances. En ce qui concerne
l’école obligatoire, après une vaste consultation j’ai considérer que les grilles horaires
nécessitaient plusieurs aménagements et en prenant en considération les
contraintes financières, j’ai pris plusieurs options soit notamment :
- introduction du co-enseignement à l’école primaire
- augmentation d’une leçon de français et de mathématique en première année
afin que les enfants débutent leurs parcours scolaire le plus sereinement possible
en bénéficiant de plus de temps pour réaliser le même programme.
- proposition de conditions cadres permettant des horaires harmonisés pour mieux
répondre à l’attente des familles dans ce domaine.

A l’école secondaire, différentes mesures ont été prises pour assurer la meilleure
transition possible des jeunes vers le monde professionnel. Actuellement, tous les
élèves bénéficient de même nombre d'heures indépendamment de leur profil (A, B
ou C), alors que jusqu'en 2004 ce n'était pas le cas. Pour la rentrée 2006, je peux me
réjouir de proposer :

- la mise en place pour les élèves de profil CCC4, en 8ème année déjà, d'ateliers
d'orientation destinés à leur garantir une solution appropriée au sortir de la
scolarité: une très bonne nouvelle vient de tomber tout récemment: la
Confédération a reconnu ces ateliers comme un projet pilote et accepte de les
subventionner très largement au cours des trois prochaines années. Nous allons
donc pouvoir sortir de l'expérimentation pour entrer dans la voie de la
généralisation.

Pour la suite, je souhaite rediscuter le dispositif d'orientation des élèves de 6e
primaire vers l'école secondaire, approfondir la réflexion quant à l’organisation de
l’école secondaire en étudiant par exemple si le passage à deux niveaux ne
présenterait pas de réels avantages pédagogiques et reconsidérer d'une manière
générale notre dispositif de prise en charge des élèves en difficulté

- Au niveau du secondaire II et du tertiaire, la législature 2003-2006 aura été
déterminante étant donné que tout récemment, le 24 mai 2006, le Parlement a
mis sous toit , notamment grâce à l'appui du groupe socialiste, une loi sur
l'organisation de l'enseignement et de la formation des niveaux secondaire II et
tertiaire qui permet au Jura de développer une approche ouverte, dynamique dont
je suis convaincue qu'elle se réfère à nos valeurs socialistes en matière
d'éducation et de formation. Désormais tout le domaine de l’éducation et de la
formation relève du même département et cette nouvelle dynamique permettra de
créer progressivement une culture commune de formation pour tous les jeunes,
qu’ils soient en apprentissage ou aux études.


Pour terminer je préciserai qu’il me paraît indispensable de refuser les coupes
financières unilatérales dans le domaine de la formation.
Il faudrait donc économiser, encore économiser, toujours économiser. Il est évident
pour moi que ces propos relèvent de slogans réducteurs qui pourraient conduire à
moyen terme à des démantèlements et j'entends y résister.

Toutefois, pour parler clair, je ne pense pas que l'on puisse envisager actuellement
d’augmenter massivement le poids financier de l'instruction publique dans le budget
des collectivités publiques cantonales et communales.

A plusieurs reprises, la droite au Parlement, m'a adressé le reproche que je ne
savais pas, ou pire que je ne voulais pas faire des économies dans le domaine de
l'école. Ce procès est injuste : je saurais comment faire des économies
considérables dans le domaine de l'école. la droite dispose d'un catalogue complet
de recettes pour faire des économies sur le dos de l'école, des élèves, des
enseignants et, plus largement de la société. Ces recettes ne m'intéressent
évidemment pas car elles bafouent ce principe d’égalité des chances qui me tient
tant à cœur (car je sais d’où je viens...)
Je pense qu'il faut gérer l'enveloppe actuelle de manière plus souple, moins
cloisonnée de manière à pouvoir économiser là où le bon sens le justifie (par ex
certaines fermetures de classes) mais aussi et surtout de manière à pouvoir investir
tout ou partie des moyens ainsi économisés dans les secteurs et les besoins qui le
justifient, en particulier :

- la nécessité de prise en considération des problématiques sociales dans la vie
scolaire,

- la poursuite du processus d'intégration des technologies de l'information et de la
communication dans le milieu scolaire,

- Les activités culturelles en milieu scolaire, en particulier l'animation théâtrale,

- Divers projets stimulant les apprentissages tels qu'en particulier la promotion de
la lecture plaisir.

Pour le domaine culturel :

Cette législature a clairement donné sens à la mise en oeuvre de la politique
culturelle d'ouverture et une véritable dynamique interjurassienne a été engagée.
Nous avons nommé un délégué à la culture et constitué une première commission
interjurassienne, la Commission culturelle interjurassienne.

Nous avons réussi à renforcer les centres culturels (CCRP. CCRD et Café du Soleil)
dans leur mission régionale, en particulier en leur assurant un soutien financier
modestement accru et en assurant leur visibilité sur le plan romand et international.
Une collaboration active est également envisagée pour la promotion de la culture
alternative en faveur du jeune public et un soutien sélectif à quelques jeunes artistes
jurassiens (Extrapol, Tettamanti, etc...) donne du Jura une très intense et
prometteuse activité culturelle.

Des petites perles grâce au soutien du Département de Claude Hêche; le camp
en'phase (personnes handicapés arts sports ensemble)
Pour ce qui a trait au dossier du Centre régional d'expression artistique, une nouvelle
étape d'étude est prévue avec le concours d'experts.
Et je me réjouis particulièrement de la montée en puissance de Cours de Miracles,
école d'animation théâtrale qui obtient une reconnaissance de la HET

Pour la culture dite de conservation nous avons développé une politique globale des
musées avec une clarification de reconnaissance sur le plan cantonal et régional et
des modalités de financement précisées.
Un dossier important et une opportunité exceptionnelle réside dans le projet de
traces de dinosaures.

Pour moi la culture n'est pas un ornement de conversation ou un caprice mais un
besoin fondamental pour l'ensemble de la société et bien naturellement pas
réservée à une élite.


Pour le domaine sportif :

Nous avons renforcé le dispositif sport-art-études et il est très intéressant pour les
personnes concernées en premier lieu de pouvoir intégrer des écoles ou des clubs
prestigieux. (Montréal et Béjart). C'est bien mais ce qui est encore mieux c'est de
permettre à des centaines de jeunes d'aller plus loin dans leurs talents, leurs rêves et
de contribuer ainsi à leur bien-être et leur plaisir de s'engager.

Sur le plan institutionnel, je regrette le manque d'intérêt de la part du Canton de
Berne pour la mise en œuvre d'un office interjurassien des sports et ce dossier est à
reprendre.


Camarades, voter, élire, ça change quelque chose. Si nous, femmes et hommes de
gauche, ne sommes pas dans les instances où se prennent les décisions politiques,
dites moi donc qui sera là non pas pour exercer plus de pouvoir mais pour assumer
les responsabilités qui permettent à garantir à chacune et à chacun une vie digne et
lutter contre cette logique qui se voudrait implacable et qui aboutit au déplacement
des richesses au profit du capital et au détriment du travail.

Vous en conviendrez, le parti socialiste a un bel avenir devant lui et camarades, si
vous pensez que je contribue à donner de la substance et des couleurs à nos
idéaux, je serai votre candidate et je serai fière de mener une liste avec Lucienne,
Benoît et Pierre-André qui ont des convictions, de l’énergie et qui démontrent que
notre parti comptent des personnalités aux profils complémentaires et qu'il ne
redoute pas de donner le choix aux électrices et électeurs du Jura.



Elisabeth Baume-Schneider

> Retour à la liste <

Seul l'exposé oral fait foi

© Elisabeth Baume-Schneider 2010 - 2016, tous droits réservés