Mes Valeurs

Egalité des chances

Au-delà du slogan, vouloir l’égalité des chances, c’est reconnaître à chaque personne des compétences pour qu’elle développe suffisamment de confiance en elle-même,  envers les autres et envers la société afin d'aller plus loin dans ses projets et ses choix personnels de vie. Pour favoriser cette liberté et cette envie de faire des choix, le droit à la formation est essentiel.  

Dès l’école enfantine, il est indispensable de veiller à ce que chaque enfant puisse acquérir les connaissances scolaires utiles tout en construisant son identité de manière harmonieuse. Accompagner l’enfant afin qu’il ait le goût de découvrir et de la motivation pour apprendre nécessite une bonne intégration en classe et des mesures de soutien appropriées en cas de difficultés particulières. Tout au long du parcours éducatif et de formation, il s’agit de veiller à éviter les discriminations entre filles et garçons, entre élèves  étrangers et suisses, entre profils AAA et les autres  profils, en particulier  les profils CCC, afin de construire avec chacune et chacun un projet de formation qui par la suite lui assurera une certaine autonomie financière.

La scolarité obligatoire achevée, les bourses et prêts d’études doivent permettre ensuite de mener un  projet de formation dans de bonnes conditions. J’estime que des subsides de formation doivent être versés aux personnes suivant des formations en cours d’emploi ou à temps partiel et défendrai cette proposition au Gouvernement.

Pour favoriser l’accès de chacune et de chacun à la formation tout au long de la vie, le dossier relatif au fonds pour le soutien aux formations professionnelles dont débat actuellement la Commission de l’économie est important. Ce dossier est une réponse partielle à l’initiative populaire déposée voici 10 ans déjà par le Parti socialiste jurassien relative au plein emploi. Je souhaite vivement que le Parlement y donne une suite positive.

Je suis persuadée de l’importance du langage lorsque l’on aborde les questions d’égalité des chances ou d’égalité tout court. Je ne résiste pas à l’idée de citer  une liste de traits de caractères appliqués aux parlementaires suisses par l’Hebdo en 1983 et reprise dans un article écrit par Marlène Micheloni lors de  l’exposition consacrée par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel aux femmes en  1992 : « Ainsi l’homme décidé devient une femme autoritaire, l’ambitieux une grimpionne, le distant – une hautaine, le précis -  une tatillonne, le rigoureux – une emmerdeuse, le franc – une gaffeuse, le direct – une agressive, etc. ».  Si les mots me tiennent à cœur c’est parce qu’à mes yeux ils sont révélateurs d’un état d’esprit.

> Document lié: Editoriaux de la revue "D'égal à égalE"

1. La "danse autopoïétique" comme rythme d'une vie familiale équilibrée
2. Sport: reflet de la société
3. L'intégration: un lien social à cultiver
4. De la nécessité de la solidarité pour lutter contre les inégalités salariales



> Retour au menu <
© Elisabeth Baume-Schneider 2010 - 2016, tous droits réservés