Mes Valeurs

Justice sociale

Tant mon itinéraire de vie que ma formation (études en sciences sociale) et en particulier mon activité professionnelle d’assistante sociale m’ont confronté à la souffrance, à l’amertume, à l’angoisse, au désarroi ou la révolte de personnes ayant à faire face à des inégalités sociales. J’estime que notre société se doit d’assurer à toute personne un projet de vie digne et que notre politique sociale doit prendre en considération les difficultés ou problèmes des personnes concernées. Contrairement à ce que certains laissent entendre les personnes en difficultés ne se construisent pas des « marginalités dorées » mais sont progressivement en décalage, en marge de la société. Elles n’ont alors plus suffisamment confiance en elles-mêmes et en autrui pour trouver l’énergie pour s’engager dans un projet de vie qui a du sens pour elles.

En matière d’action sociale, j’ai eu beaucoup d’intérêt à contribuer aux réflexions et à la mise en œuvre des contrats d’insertion. Ce dispositif qui a judicieusement été développé dans le  Canton du Jura est extrêmement intéressant car il s’appuie sur la mise en valeur des ressources et compétences des personnes afin de leur permettre de se situer face à leurs échecs et à prendre conscience de leurs responsabilités. Lorsqu’un jeune, un adulte ou une famille est  confronté à des problèmes aussi variés que la maladie ou la mort d’un proche, la perte d’autonomie suite à un accident, a à faire face à une dépendance à l’alcool, à la drogue ou encore aux jeux, a à vivre avec la perte de son emploi ou encore doit assumer une situation de crise suite à des problèmes affectifs (rupture ou séparation), il est indispensable de pouvoir compter sur les conseils et l’appui de professionnels. Dans le Jura, il existe des services sociaux dans chaque district et il est indispensable de maintenir leurs prestations et d’en développer certaines en fonction de l’évolution de la société.

En parallèle aux prestations assurées par les professionnels, j’estime indispensable de promouvoir un état d’esprit tolérant et ouvert sur autrui. Actuellement, je trouve scandaleux les messages de certains politiciens de droite qui insufflent l’idée que de nombreux profiteurs sont au bénéfice de prestations d’assurances sociales (chômage, assurance invalidité, assurance maladie, etc.) ou d’action sociale (aide sociale financière).

Pour moi, la notion de justice sociale ne saurait se contenter de simples aspirations bienveillantes ou de sentiments positifs. Elle s’appuie sur un Etat de droit qui garantit aux personnes désavantagées la possibilité de vivre dignement.

« Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes c'est celui de chacun. »   Boris Vian



> Retour au menu <
© Elisabeth Baume-Schneider 2010 - 2016, tous droits réservés