Mes Valeurs

La parole aux jeunes

J’ai souvent le sentiment que plus on parle des jeunes, moins on leur parle à eux personnellement et surtout moins on leur donne la parole. Trop souvent on déplore leur manque d’engagement, on relève leur formation lacunaire, leurs attitudes ou comportements désabusés ou encore leur violence dans les propos ou les actes. Quant à moi, sans faire preuve d’angélisme, j’observe que de nombreux jeunes ont envie de participer, de proposer, de critiquer, de « refaire le monde » et que c’est à nous, adultes, qu'il appartient de réinventer avec eux des espaces de débats et de dialogues, de fixer des limites auxquelles ils se confronteront et que nous négocierons avec eux. Quant à ceux qui vivent en conflit avec la société, qui s'expriment au travers de comportements marginaux, il est important, en parallèle aux  mesures de répression, de prévoir des mesures socio-éducatives, des accompagnements sociaux pour reconnaître leurs souffrances, les «raccrocher » à la réalité et leur donner les repères et les moyens de faire face à leurs responsabilités.

Pour ce qui a trait à la politique de la jeunesse, il est urgent de développer un espace-jeunes dans le district de Porrentruy car les expériences menées aux Franches-Montagnes et à Delémont sont positives et motivantes. Le dossier de politique de la jeunesse, défendu actuellement par mon collègue Claude Hêche en commission parlementaire, est pour moi déterminant de la volonté des parlementaires de soutenir une politique de la jeunesse digne de ce nom et non pas de se contenter de promesses stériles.  Le débat actuel au sujet d’un poste de délégué à la jeunesse est révélateur de la frilosité de la droite à considérer les actions en faveur de la jeunesse comme un  véritable investissement.

« La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit. »  Oscar Wilde

> Retour au menu <
© Elisabeth Baume-Schneider 2010 - 2016, tous droits réservés